Etre adhérent de COFORET, c’est intégrer une coopérative forestière dynamique, faire partie d’une communauté proactive, mais c’est également partager une vision sylvicole.

Forte de sa présence en Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté depuis plus de 40 ans, la coopérative connaît parfaitement les forêts du territoire. Bien consciente des enjeux en cours au sein de ces espaces, COFORET mesure quotidiennement les effets du changement climatique au sein des forêts de ses adhérents.

Face à ces évolutions, les équipes de la coopérative ont décidé de définir la vision sylvicole qu’elles souhaitent voir appliquer au quotidien. Une vision en phase avec les préoccupations des adhérents et adaptée aux besoins des forêts privées françaises.

L’art de se remettre en question

Les effets du changement climatique nous poussent à nous poser les bonnes questions. Et pour ses adhérents, la coopérative n’a pas peur de remettre en question ses pratiques. Face aux effets du changement climatique, force est de constater que nos pratiques actuelles ne sont peut-être plus les plus adaptées. Dépérissements, crises sanitaires à répétitions… sont les effets visibles d’un mal plus profond. Il n’est alors plus possible de nier ces événements.

Les forestiers, qu’ils soient propriétaires ou professionnels, se posent alors de multiples questions sur les actions à mettre en place. Des actions à réaliser dès aujourd’hui, et dans le futur, pour faire face à ces changements climatiques et donner un avenir à leurs forêts.

  • Quel avenir pour les forêts actuelles ?
  • Quelles seront les essences les plus touchées ? Faudra-t-il les remplacer par d’autres ? Et si oui, lesquelles ?
  • En plus des conséquences actuelles, quels événements subiront nos forêts ?
  • Quelles techniques de sylviculture adopter aujourd’hui ? Et demain ?

Face à ces nombreuses interrogations, COFORET est partie à la recherche d’informations. Et pour cela, elle a interrogé les meilleurs.

Entre analyses et partage d’expériences

Afin d’avoir un maximum d’informations en leur possession, les équipes de COFORET sont allées à la rencontre de deux spécialistes :

Patrick LECHINE, 
Ingénieur forestier au CNPF   

Venu nous faire part de ses réflexions sur la thématique du renouvellement des peuplements, Patrick LECHINE a analysé les conditions climatiques de ces dernières années pour définir le contexte dans lequel nous évoluons actuellement. Ses études tentent de dessiner la courbe des données climatiques pour le futur, laissant présager un réchauffement significatif du climat actuel et des conséquences sur des écosystèmes d’ores déjà impactés.

Hervé Le BOULER, 
Responsable Forêts à « France Nature Environnement »

Venu débattre avec nous du changement climatique et plus particulièrement de ses effets sur les forêts françaises, Hervé Le Bouler nous a permis de nous rendre compte de ce que pourrait être l’avenir de la gestion forestière avec 1°C ou 2 °C de plus.

Le changement climatique a commencé 

Celui dont nous repoussions tous les effets est installé dans le quotidien de nos forêts. La preuve en est avec les multiples accidents climatiques, phénomènes de dépérissement, modification des cycles et progression de certains ravageurs. Ces événements sont, en grande partie, la conséquence d’un réchauffement notable du climat.

Mais ce n’est pas tout, car il y a également des inconnues dont nous n’avons pas encore connaissance et qu’il nous faudra maîtriser. C’est pourquoi nos deux spécialistes s’accordent à dire qu’il est nécessaire d’anticiper ces changements, de tester et de ne pas avoir peur de se tromper. Rester ouvert, attentif, à l’écoute et réactif face à ces éléments. Plus nous saurons écouter la nature, plus vite nous saurons nous adapter.

La vision sylvicole de la coopérative

Pour poursuivre dans cette démarche de remise en question de nos pratiques, il est cohérent de s’interroger sur notre future orientation forestière. Car, en effet, la gestion forestière qui sera pratiquée devra à la fois s’adapter au milieu et lutter contre l’effet de serre dû au CO2.

Sous les conseils d’Hervé Le BOULER et de Patrick LECHINE, COFORET privilégie la mixité des essences et/ou la gestion irrégulière dans sa vision sylvicole. À elles deux, elles forment le pilier de la gestion forestière future de la coopérative. La gestion qui sera alors appliquée régulera également les coupes rases, laissant ainsi à la nature le temps de faire son travail, notamment pour la régénération naturelle. Une étape clé une gestion forestière réussie.

Au quotidien, nos équipes renforceront leur travail d’analyse : bilans climatiques, évaluation de la ressource en eau et son évolution, diagnostics stationnels… En complément, les essences seront attentivement sélectionnées pour s’adapter au mieux aux stations choisies et à leurs caractéristiques.

Au quotidien, des choix doivent être faits

Dès aujourd’hui nos pratiques doivent évoluer ; et d’autant plus lorsqu’il s’agit du renouvellement de peuplements. Nous l’avons dit, la mixité des essences est préconisée.

  • Mais comment la mettre en place ?
  • Faudra-t-il choisir une régénération naturelle et/ou plantation ?
  • Et pourquoi pas une régénération naturelle assistée ?!

Il n’y a plus de théorie. Il n’y aura plus que des tests. Les diagnostics stationnels et bilans climatiques guideront nos choix mais l’avenir n’est pas écrit. Il nous faudra donc rester à l’écoute de la nature, comprendre ses besoins et… s’adapter.

Des tests d’essences et de gestion sont d’ailleurs en cours au sein de la coopérative, de l’Office National des Forêts (ONF) et du Centre National de la Propriété Forestière (CNPF). Encore en cours, nous suivons attentivement leurs évolutions pour enrichir nos connaissances. Toutes nos équipes restent vigilantes et à l’écoute de ces problématiques. C’est d’ailleurs pourquoi nous plaçons ce thème au cœur de notre stratégie.


Pour en savoir plus…

Pour approfondir le sujet, nous vous proposons la lecture de la présentation de Patrick LECHINE sur ce thème. Vous y retrouverez ses études et analyses ainsi que ses préconisations. Le débat reste plus que jamais ouvert alors n’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions et souhaitez appliquer ces analyses sur votre propriété.

Gestion, forêt, gestion forestière, gestionnaire forestier, forêt privée, commercialisation bois, documents de gestion, document de gestion durable, gestion durable, vendre bois, gérer mes bois, gérer ma forêt, bois, arbres, parcelle,

Massifs : Jura, Doubs, Vosges, Morvan, mâconnais, clunisois, beaujolais roannais, Bugey, Bresse, Dombes, Chablais, Bornes, Aravis, Bauges, Vanoise, Trièves, Matheysine, Belledonne, Chartreuse, Vercors, Dauphiné, Chambaran, Ardèche, Drôme, Pilat, Vivarais, Velay, Livradois, Forez.

3 réflexions sur « COFORET face à l’avenir »

  1. Bravo pour cette initiative qui nous informe très valablement sur la réactivité de notre « staff » profitant des incertitudes du moment pour infléchir la stratégie de notre coopérative dans une réflexion salutaire sur son devenir et la meilleure manière possible de s’adapter aux évolutions inévitables du climat et de la forêt qui nous est si chère.
    Bien amicalement et à bientôt de vos informations…. en attendant les rencontres « de visu ».
    Michèle Prost

    1. C’est presque avec le même sentiment de bonheur partagé que celui qu’on éprouve a l’annonce d’un heureux événement familial que je découvre la démarche publique de la Coop et sa volonté de se remettre en question pour une bonne adéquation aux problématiques posées par le changement climatique. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *