COFORET est une coopérative forestière implantée en Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté. Nous accompagnons les propriétaires privés, nos adhérents, dans la gestion de leurs parcelles forestières.

Pourquoi réalisons-nous
un chantier en forêt ?
Une forêt mal gérée présente des risques pour les hommes et pour elle-même car elle devient plus sensible aux agressions (intempéries, insectes, incendies…), et elle produit moins de bois d’œuvre (parquet, mobilier, charpentes…).

Notre rôle est de gérer ces forêts pour en assurer la pérennité et l’aider à réaliser ses missions :

  • Préserver l’environnement (air, eau, sols, biodiversité)
  • Stocker le carbone. (+ de 70 millions de tonnes de CO2/an.
  • Produire du bois pour répondre à la demande de la société.

Le bois se cache partout dans notre quotidien : charpentes, jouets, parquet, papier, cagettes, instrument de musique, table… Et c’est quand même bien mieux si ça vient de chez nous !

Comprendre la gestion de la forêt menée par COFORET

La gestion forestière durable que nous menons à COFORET, permet de minimiser les risques pour les hommes et la biodiversité (faune et flore).

  • La récolte de bois fait partie du cycle de vie de notre forêt. Les arbres ont besoin de nutriments, de lumière et donc d’espace pour se développer. Une densité d’arbres importante empêche leur bon développement.
  • Nos techniciens et Entrepreneurs de Travaux Forestiers (ETF) interviennent en amont pour récupérer le bois de l’arbre le plus faible et donner de l’espace à l’arbre dominant.
  • Chez COFORET, nous gérons les futaies régulières et irrégulières de nos adhérents

Les arbres dépérissants peuvent représenter un risque car ils deviennent moins résistants aux agressions (intempéries, incendies, maladies, …). A contrario, ils peuvent également être source de biodiversité.

Une forêt forte protège les hommes :

  • des avalanches,
  • des chutes de pierres,
  • des incendies,
  • mais également ralentit le phénomène d’érosion des sols, des coulées de boue ou d’inondations.

Une forêt impénétrable ne pourra pas non plus accueillir les activités de loisirs qu’elle peut offrir à ces visiteurs (randonnée, VTT, cueillette…)

La récolte du bois en forêt nécessite la création de routes et chemins spécifiques : ce sont les dessertes forestières.

Les dessertes forestières que nous réalisons permettent :

  • à tous les usagers de se promener : cyclistes, randonneurs, chasseurs…
  • aux hommes et aux engins de rentrer dans le massif forestier et de sortir les arbres coupés.
  • des opérations facilitées et un faible impact sur la forêt
  • à lutter contre les incendies

Le bois sera ensuite trié et stocké sur des espaces dédiés, en bord de route, avant d’être emmené par des professionnels. Ces derniers procèdent à une remise en état du chemin si nécessaire.

Image issue de la vidéo ” A la découverte du cycle d’une forêt gérée !” réalisée par l’ONF

L’abattage des arbres en forêt se réfléchi à l’échelle de son cycle naturel, soit plusieurs dizaines voire centaines d’années.

Les coupes interviennent à des intervalles de 5 à 15 ans, et elles assurent la protection, l’expansion et la pérennité de la forêt.

À la fin du cycle, une étape de régénération de la forêt permet de lancer un nouveau cycle. Cette régénération peut être :

  • Naturelle : les arbres restant sur la parcelle produisent des graines qui donnent naissance à un nouveau peuplement
  • Aidée : dans ce cas, nous réalisons une plantation en cohérence avec le type de sol et le milieu.
  • Assistée : un mix entre régénération naturelle et régénération aidée. Une pratique intéressante dans le cadre du changement climatique.

Les « documents de gestion » sont les garants d’une gestion forestière durable.

Un document de gestion durable contient : une carte précise, des objectifs de gestion, une description des peuplements et un programme d’interventions pour 10 à 20 ans. Et permet la transmission à vos enfants, petits-enfants pour mieux les aider à appréhender votre forêt !

Il est obligatoire au-delà de 25 ha et pour accéder à certaines mesures ou démarches (aides publiques, fiscalité, certifications…).

Les gestionnaires forestiers, comme COFORET, peuvent vous aider à le rédiger. Il existe différents types de documents de gestion durable en fonction de la forêt. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

PEFC, gardien de l’équilibre forestier

PEFC certifie la gestion durable des forêts dans 51 pays à travers le monde. Depuis 20 ans, PEFC France, favorise l’équilibre entre les dimensions environnementales, sociétales et économiques de la forêt grâce à des garanties de pratiques durables et l’implication de 70 000 propriétaires forestiers et de plus 3 000 entreprises en France.

COFORET est partenaire de PEFC dans le cadre de ses chantiers forestiers. Découvrez dans notre article, diffusé sur notre site, comment fonctionne la certification PEFC au sein de la coopérative. Et pour en savoir plus, visionnez cette vidéo :

Parce qu’elles sont soucieuses du travail bien fait, toutes les équipes de la coopérative espèrent avoir répondu à vos interrogations et se tiennent à votre disposition pour plus de renseignements sur ses missions, ses métiers et actions quotidiennes. – À très bientôt.


Les coopératives forestières en chiffres

1 000 salariés au sein des coopératives (1er employeur de la forêt privée, générant également + de 5 000 emplois indirects locaux)

1 200 000 ha de forêts certifiées PEFC (80% des bois vendus par les coopératives sont certifiés.)

7 000 000 m3 de bois commercialisés par les coopératives (1er producteur groupé en bois)

2 000 000 ha de forêts gérées par les coopératives (1er gestionnaire de forêts privées françaises)

1 000 000 ha de forêts sous document de gestion au sein des coop’. (1er gestionnaire de forêts sous document de gestion durable)

110 000 sylviculteurs regroupés (1er regroupeur de sylviculteurs au sein des 19 coopératives forestières)

35 000 chantiers forestiers par an (les coopératives travaillent au quotidien avec des entrepreneurs forestiers et des professionnels de la filière.)

5 000 000 m3 de bois commercialisés par approvisionnement par an par les coopératives forestières.

420 000 000 € de chiffre d’affaires généré (1ère force économique de la forêt privée)

25 000 hectares reboisés par an (Les coop’ : 1er reboiseur des forêts françaises avec 28 millions d’arbres replantés par an, soit un plant mis à terre toutes les 2 sec.)

Vous êtes témoin d’une pratique qui vous semble sortir de l’ordinaire ?

Contactez-nous !


Crédits / Webothèque / Pour aller plus loin :